Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 15:47

IMG 2039 - Copie

Personne ne peut augurer de son avènement en des jours où tout laisse croire que les problèmes de crise économique se résorberont d'eux-mêmes par des mesures favorables au rétablissement d'un équilibre social ! C'est à ce prix que la paix s'achète et c'est par ces moyens que le silence s'obtiendra au sein des classes les plus frappées par cette hécatombe sociale. Privées de travail à long terme, les classes finiront par accepter les compromis que les états passeront avec elles ; parce que de travail, il n'y en a plus et il n'y en a pas assez pour tout le monde. Et la jeunesse qui se prépare à conquérir le marché n'ose subodorer que leur avenir est d'ores et déjà bouché, compromis à des concessions financières, restreint à des mesures compartimentées dans des emplois compressés ! Le contexte est arrivé à un point de non retour de sorte que les Etats-Unis sont forcés d'adopter des méthodes relatives aux thèses socialistes pour répondre aux besoins de premières nécessités d'un peuple considérablement appauvri, ayant perdu sa dignité. En rechercher la cause voudrait non seulement que l'on incriminât tous ceux qui ont cru et qui ont bénéficié directement des retombées économiques du libéralisme, mais qui pis est en ont été victimes également à un degré moindre tout en ayant été, au préalable, coupables d'avoir cru à cette salubrité publique dévoyée pour le profit personnel de la mauvaise cause : expliquant ainsi le désordre social qui règne au cœur des peuples ! D'avoir intentionnellement détourné la propension de l'espoir collectif des populations unifiées pour un seul idéal : la Liberté !, les plus favorisés du système n'ont jamais eu conscience des conséquences qu'ils encouraient, à court terme, à l'encontre même de leur patrimoine, en danger !

C'est donc avec ces mêmes armes, identiques aux leurs, que se fait la contre révolution démocratique commencée, il y a de cela quelques années déjà. De quoi ressort-elle et de quelle substance est-elle constituée ? Tout son paradoxe réside dans cette dualité qui l'oppose à elle-même, en des manifestations ostentatoires à l'encontre d'un pouvoir étatique pris comme bouc émissaire et servant de paroi contre la réalité ; elle se manifeste chaque fois que la raison refuse l'abdication au non sens ! Chaque fois que l'atteinte est portée à l'essence de la pensée exfoliée de cette frêle liberté, aujourd'hui on ne peut plus bafouée,  quand un soubresaut de prétention démocratique est formulé au contre sens de l'histoire ! Mais qui est à l'origine de ce désordre institutionnel ? Qui a osé remettre en doute les valeurs que les successives Républiques se sont efforcées de valoriser par l'adoption de nouvelles résolutions ? Le peule ! Sans ambigüité et tout en évaluant la responsabilité relative à une telle attitude, on peut certifié que le mal vient de là ! De s'être laissé prendre à la manipulation des idées encensées par le Politique pour lequel il fit montre de condescendance, le peuple s'est laissé guider, cahin-caha selon les thèses d'idéologies au service de l'individualisme avec une subtile manière de plaider en faveur de la collectivité tout entière.

Le peuple, dis-je ; c'est-à-dire nous ! Confiant que le représentant légal de notre tutelle démocratique viendra à bout des problèmes de fond de la société, nous lui avons conféré suffisamment de pouvoirs pour qu'il menât à terme une tâche cautionnée par notre tacite acquiescement !

De contre révolution démocratique, il n'y a que celle fomentée par les différents courants idéologiques des partis scindés en groupuscules épars dans la politique sociale ! Elle surgit donc toujours le temps d'un idéal aussitôt retombé dans un marasme proche de la fin moribonde de l'économie. Elle ne se peut réaliser comme autrefois, quand les Révolutions éclataient au moindre balbutiement contestataire. Plus rien ne les justifie ; ni la crise économique qui entretient une assistance à la précarité, ni les ferveurs politiques de leadeurs prônant des changements radicaux en manipulant des arguments de choc par une rhétorique aujourd'hui désuète !

La contre révolution démocratique fut éprouvée en son temps, lorsque, à l'aube des civilisations nouvelles, les peuples pouvaient encore rêver d'un changement idéalisé aux prétentions des valeurs humaines.

Jean Canal. 19 décembre 2013.

La tasse noisette 006

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jcpress
commenter cet article

commentaires