Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 20:21

IMG 2421Une catégorie d'intellectuels qui se complaisent dans la critique sans proposer d'alternative aux problèmes, remet systématiquement en cause le système, en lui incombant la responsabilité des conjonctures. Leur rôle, notre rôle, est, avant d'élaborer une quelconque solution, de montrer du doigt les responsables d'un acte délictueux inscrit dans une notion d'apolitisme !

Parce que les sociétés ont atteint un seuil critique de non retour vers un équilibre social inespéré, les individus expriment véhémentement une volonté de changement, qu'il soit de droite ou bien de gauche et cela sous l'effigie de l'indignation. Acculées à leur propre incapacité de résoudre les problèmes de fond qu'elles ont générés et provoqués, ces sociétés-ci ne présentent elles aussi aucune alternative sérieuse pour sortir de l'impasse dans laquelle elles se sont engouffrées, consciencieusement...

En ayant misé aveuglément sur l'économie comme vecteur de réussite sociale, les gouvernements occidentaux en l'occurrence ont malencontreusement oublié de tenir compte des malaises conjoncturels que suscitent les crises identitaires, comme la perte de repaire historique lié à la culture ; et cela au profit du consumérisme ! Dérogeant au devoir de transmission de l'éthique qui en assurait le savoir, les états crurent se préserver d'une subversion populaire en maintenant les peuples dans une ignorance latente que ces derniers finirent par adopter comme moyen de subsistance sociale ! Cette privation qui peut être considérée comme une atteinte au droit à la connaissance, ne s'est faite sentir que dans les milieux aisés qui se crurent à l'abri de cette situation. C'est la globalisation de la pensée qui fut à l'initiative de ce processus imperceptible pour le profane.

Le résultat de cette politique (car c'en est une) n'a pas été au rendez-vous escompté de la part des dirigeants eux-mêmes qui furent paradoxalement dépassés par les derniers événements survenus en Europe, notamment dans le domaine économique. Au contraire, l'individu victimisé a provoqué la chute de son propre patrimoine, dévalorisant ainsi son identité ; ne sachant plus très bien qu'elle direction intellectuelle choisir pour sauvegarder ses biens matériels (et ce sont eux qui sont à l'origine du désastre : le matérialisme moderne).

2012, pour y revenir de façon pragmatique, risque fort de surprendre évidemment les hommes politiques ; mais également ceux et celles qui sont à l'origine d'un changement sans lendemain viable.


Et on eût cru, un moment, que les relations internationales allaient se réguler dans un processus de paix unilatérale, garantissant aux peuples une tranquillité pérenne ; il eût été utopique de croire que l'humanité put prétendre, un jour, à un soupçon de sérénité commune ! Le conflit réside déjà dans l'être lui-même à un degré infime de son entité : il en est inextricablement dépendant à travers une culture traditionaliste qui stigmatise l'individu dans un contexte national dont l'histoire insuffle les valeurs. Sous prétexte que le devoir de mémoire est là pour rappeler les obligations morales de chacun dans un monde inégalitaire, les nations cultivent une appartenance identitaire attentatoire à l'émancipation universelle des peuples ! Certes, les indéniables références du passé auquel nous sommes heureusement rattaché nous permettent de pouvoir éventuellement appréhender l'avenir et parfois anticiper sur les événements présents. Les conjonctures actuelles en démontrent le contraire ! Les sociétés se sont administrées une dose de dépendance économique qui les astreint à obéir aux systèmes de productivité mondiale. L'individu est l'objet d'un mécanisme dont les rouages fonctionnent selon sa volonté ! Sa responsabilité reste entière face à l'état des choses.

 

Jean Canal

Partager cet article

Repost 0
Published by Jcpress
commenter cet article

commentaires