Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 17:37

 

De Jean Canal, Rédacteur de la publication à presselibre.fr

 

Question d'éthique : La France recouvre-t-elle sa xénophobie légendaire avec les cantonales ou bien est-ce un soubresaut de mécontents, frustrés, que le vote du dimanche nous apporte ? 

La politique française semble augurer des élections de 2012, avec le leader féminin du Front National ! Marine Le Pen agite les populations désabusées qui ne se reconnaissent plus dans une politique de droite traditionnelle dont le bras rédempteur de l'éthique ne fonctionne pas selon le désir de quelques uns déçus de la nation. Comment réagiraient les français fidèles à la tradition républicaine face à une situation démocratiquement embarrassante ? ! L'incidence d'une majorité extrémiste sur les options démocratiques irait-elle jusqu'à relancer une lutte armée de la gauche de la gauche ? Le principe premier dans une lutte, est de reconnaître exactement ses ennemis, de les répertorier, de les ficher afin de les traiter au moment opportun, chacun selon l'implication ! La démocratie ira-t-elle jusqu'à obliger de concevoir l'inacceptable, en refusant une politique où les libertés communautaires seraient bafouées  ? 2012 apportera une réponse inattendue pour des septiques inconditionnels du changement permanent que les urnes sont sensées redonner, sous un climat de crainte.

La question cependant qui revient aux bouts des lèvres pour interroger l'idée généreuse de savoir si les sociétés doivent muter vers une conception meilleure pour elles-mêmes, trouve sa réponse dans une réflexion toute réfléchie mûrement : cette société-là ne vaut pas la peine qu'on la sorte de sa condition ! Sans provocation aucune, nous pourrions nous risquer à dire qu'il n'en reste aujourd'hui que l'idéal cultivé par les révolutionnaires bolchéviques, depuis 1917. Après, les idées firent ce reste ; c'est-à-dire une révolution pour chaque nation avec les théories marxistes-léninistes, maoïstes parfois et socialistes toujours ! Une révolution serait-elle uniquement de gauche ? puisant ses sources dans les thèses socialistes ? Sont-ce les contestataires qui détiennent le pouvoir de fomenter une révolte au cœur des mouvements sociaux ? Les schémas sociaux utilisés pour l'élaboration de nouveaux concepts de vie n'appartiennent-ils pas à une politique généraliste ?  

Quatre-vingt-dix ans que Rosa Luxembourg est morte ; assassinée par l'extrême droite allemande, en janvier 1919. Imprégnée de la Social Démocratie de l'époque, elle livra un combat contre les guerres, en général, et, comme Jaurès, contre celle de 14/18 ; en vain.  Les idées étant sensées murir au rythme des saisons politiques, doivent-elles être forcément calquées sur celles qui contextuellement donnèrent lieu à des changements sociaux favorables à une majorité populaire qui les a reniées, au cours de l'évolution des classes ? Le monde ouvrier étant réduit à la somme des délocalisations et du rachat des entreprises par des consortiums immensément persuasifs, l'idée d'une révolution nationale au pis internationale ne revêt-il pas les aspects d'utopie, au sens où Thomas More l'entendait... 

La droite extrême se reforme en France et en Europe, traduisant encore un thème récurrent des civilisations : la démographie ! Accentuée par des facteurs géopolitiques, la démographie crée des réactions xénophobes systématiquement ; la peur de l'étranger s'instaure avec la recrudescence des conflits. Jean Canal 01/03/2011. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jcpresselibre
commenter cet article

commentaires