Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 10:51

 

 

IMG (4)Alors que la politique exigerait de la part de ceux qui sont sensés honorablement la représenter avec une attention toute particulière, fondée notamment sur l'analyse permanente des conjonctures, et cela afin de les remettre en question, nous assistons, toujours avec une lâche passivité qui nous carctérise tellement que nous en avons adopté l'attitude, à l'exploitation systématique des situations sociales pour l'intérêt individuel, seul. La carence de la pensée qui s'ensuit se fait sentir dans la manière de compartimenter les idées qui se limitent, ainsi, à la réflexion générale d'une population obnubilée par un intérêt commun : l'individualisme ! Jamais il fut aussi fort, dans une société qui souffre, paradoxalement, d'un manque de fraternité ! C'est au moyen de cet intérêt que la majorité regroupe une puissance législative pour poser les jalons qui limiteront les libertés ; les nôtres, ne l'oublie jamais, lecteur ! ô mon Lecteur ! En fait, l'optimisme du progrès, quant à lui, s'étant volatilisé, emporté par des idéaux économiques rationnalisant la production au simple fait de consommation propre, s'est fondu, comme la neige au soleil, dans un désespoir commun de sociétés vidées de l'intelligence. Nous laisserons à la subjectivité, néanmoins, le devoir de penser aux conséquences qui s'ensuivent, d'ores et déjà, avec une forme d'intolérance intellectuelle qui oblige le penseur, au jour le jour, à nous priver de notre propre expression... Et quand cette dernière est mise en application, elle subit une espèce de censure naturelle que la société applique d'elle-même ! Le danger réside, effectivement, dans cette incertitude qui tend à opter pour une résolution quelconque à défaut de produire une solution pour le bien communautaire de cette civilisation sursitaire qui est la nôtre ! Les alternatives en matière de résolution acculent au seuil de l'insuffisance toutes initiatives de repenser une société lavée de ses échecs. Appuyée sur un socle bâti avec des références ancestrales qui ne prévalent plus que dans les antichambres du savoir, la société actuelle est vouée à être dissoute et broyée par l'amalgame démographique qui la guette prochainement.

La population étant majoritairement obnubilée par un mode de vie éprouvé, elle ne peut, hélas, prendre conscience des dangers qui la guettent, en se maintenant dans cette attitude citoyenne dont les mimétismes relatent tout une culture surannée, incompatible avec les exigences du présent. La compréhension de cette nouvelle forme de réalité socio-culturelle ne peut atteindre cette grande majorité de gens asservis à une tout autre manière d'appréhender le lendemain, d'autant moins s'il n'est pas certifié conforme par l'Institution légale, au pouvoir ! Maintenue dans la permanence du doute que conforte une continuelle désinformation, la majorité souveraine représentée par ces gens persuadés du contraire, accrédite leur état d'incertitude en se maintenant dans cette inamovible position. Le phénomène étant général, en ce sens qu'il touche tous les peuples, indifféremment d'un point de vue culturel, éthique ou religieux, il ne fait que s'accentuer avec l'incapacité, de la part de ces peuples, de sortir de l'influence à laquelle ils sont assujettis ! Les conflits arabes de 2011 reviennent sur des thèses fondamentalistes ; tandis que l'Europe périclite sous le joug de l'économie bancaire !

Pour paraphraser le philosophe qui reste la référence dans le monde occidental, Platon, l'allégorie de la caverne du livre sept de "la République" , nous pourrions très bien écrire : l'accès à la lumière lorsque l'on vient de la pénombre, n'éclaire pas forcément le chemin que l'on doit prendre... c'est Jean Canal qui souligne.

Revu et corrigé le 14 février 2012. Jean Canal

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jcpress
commenter cet article

commentaires