Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 04:34
Vive le Roy ! Vive la Nation !

C'est l'esprit qui détermine l'entité ! Et c'est par lui, avec lui et en lui que s'affirme l'être ! Le retour de la monarchie en France sous un nouveau régime caresse la pensée de nombreux hommes politiques et de personnes hautement incluses dans la sphère institutionnelle de l'état. A défaut d'une République une et indivisible qui pût répondre favorablement aux attentes des français, les monarchistes et les partisans de la royauté (gauche et droite confondues) cultivent l'idée de remettre un roi sur le trône de France ! Et les arguments ne manquent pas pour invoquer son retour ! Le pays est au plus mal, la nation est à son chevet ; mais les remèdes économiques administrés ne parviennent plus à sauver la République victimes des divisions partisanes, trahie par les bonapartistes des gouvernements successifs depuis l'avènement de la démocratie républicaine. C'est un constat qui sanctionne durement une politique clientéliste exercée impunément durant suffisamment de temps pour dénoncer un favoritisme social et une plus value de l'enchérissement de la corruption ! Depuis l'avènement de Charles X de 1824 à1830, celui de Louis Philippe qui lui succéda et le retour de l'Empire de Napoléon III en 1848 jusqu'à sa chute en 1870, les principes monarchiques ont été prédominants pour l'ensemble des événements historiques qui ont ponctué les périodes de l'histoire de France et de ses sociétés. Ce n'est véritablement qu'au XX° siècle que la République peut enfin se manifester avec des partis politiques ancrés à Droite. Deux dates cependant ; 1936 avec le Front populaire et 1981 avec Mitterrand annoncent une présence socialiste (la révolution de 1968 a débouché sur l'élection de Pompidou à Droite) ! Le retour aux valeurs de Droite est plus fréquent que la tentative de voir une Gauche gouverner. Et chaque présidence de Gauche a connu un gouvernement de Droite (Chirac sous Mitterrand).

Ce qui a changé, en France, c'est la population avec des classes sociales bouffonnes, taxées d'arrivisme primaire, acculturées et de surcroît consuméristes à outrance dont les descendants s'affublent de diplômes tronqués de l'historique intellectuel ! Des classes sociales qui se vautrent dans le cloaque des biens de consommation pris comme référence identitaire ! Se targuant de la réussite sociale promise en amont du labeur, ces classes sociales-ci dégagent une odeur de putréfaction ! Aucune morale intellectuelle, au demeurant d'une absence totale du sens de l'honneur ! Voilà où nous en sommes ! Et n'allez pas croire qu'il s'agisse de l'amour de sa patrie ou du dévouement à sa nation et leurs chefs ! Nenni ! Il est question de l'honnêteté envers soi-même pour ne pas évoquer Pascal en parlant d'amour propre ! Une triste civilisation qui s'identifie aux modèles excipés en histrions du spectacle au sein des sociétés dévoyées de leur propension politique ! "On" privilégie l'ostentation matérialiste ! "On" négocie le personnalisme au regard des besoins de la mondialisation ! "On" vend aux plus offrants la valeur du travail ! "On" s'achète une identité ! On en est là ! Triste sort de ces civilisations qui n'ont pu, comme tant d'autres, réchapper à l'uniformisation stéréotypée des individus ! Un conditionnement qui ne laisse aucune trace de domination tellement les peuples maintiennent leurs tyrans à la tête des états ! Depuis la Révolution, les moyens démocratiques ont été pourtant transmis aux élus pour conduire le pays a un terme politique fondé sur la République. Les Lumières se sont évertuées d'éclairer le peuple pour que la clarté de la nation illuminât l'Univers ; en vain ! La confiscation du savoir et de la connaissance s'est faite par le consentement de ceux qui en sont privés ; et cela sans coup férir ! C'est extraordinaire de "pouvoir" asservir toute une population avec son assentiment, laquelle continue cependant à se révolter, selon l'organisation des dirigeants qui contrôle les situations ! La conjoncture actuelle nous révèle l'incapacité des gouvernements à rétablir une concorde nationale (pacte social) au profit du pays et non de l'individualisme accru qui l'emporte sur l'intérêt collectif ! Les abus en tout genre se sont succédé sans grande discrétion au cœur de l'obédience politique ! L'atteinte portée à la République et ses fondements est constante ! Et la démocratie favorise la banalisation de sa déchéance à long terme ! Et le bilan sonne, d'ores et déjà, le glas de cette civilisation ! Jean Canal. Avril 2014.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jcpress
commenter cet article

commentaires